Blog

/Blog/
6 03 2017

Comparatif des diverses tablettes pour dessiner

6 mars 2017|Geek, Nawak|0 Comments

Quelle tablette utiliser pour dessiner ?

Je réalisé en général mes illustrations sur une Cintiq 22HD, branchée à mon ordinateur de bureau. Mais j’aime pouvoir dessiner en mobilité : au bureau pendant la pause midi, dans les transports, au café ou pendant mes vacances. Cela me permet d’avancer mes travaux ou de préparer de nouveaux croquis.

Une Surface Pro 3 m’a m’accompagné partout durant trois ans. Elle a été remplacée depuis peu par une MobileStudio Pro 13 de Wacom. En outre, j’ai investi dans un iPad Pro 9.7 avec son stylet pour les déplacements de loisirs.

J’ai donc largement pu tester ces trois mondes. Chacun de ces outils a ses avantages et ses inconvénients. Notez qu’il s’agit de mon propre ressenti. Chaque utilisateur peut avoir un avis radialement différent du mien.

Wacom MobileStudio Pro 13 : la qualité a un prix

Wacom est une marque incontournable chez les professionnels de la création. La gamme Cintiq est reconnue pour sa qualité et sa fiabilité. La MobileStudio Pro 13 (MSP13) n’échappe pas à la règle et est devenue mon outil de création quotidien (quand je ne suis pas sur mon ordinateur de bureau). Je trouve la précision des outils Wacom incomparable avec la concurrence. Le nouveau « Pro Pen 2 » est assez bluffant de précision. La MSP13 tourne sur Windows 10 Professionnel : il est donc possible d’installer tous les logiciels du marché (Photoshop, Manga Studio, etc.).

Les plus :

  • Une précision à toute épreuve.
  • Excellente fluidité du trait.
  • Parallax inexistant (écart entre la plume du stylet et l’écran).
  • Boutons physiques sur le stylet et la tablette paramétrables.
  • Pas de piles pour alimenter le stylet.
  • Excellente qualité de l’écran (couvre 96% du gamut couleur Adobe RGB)
  • La texture de l’écran de la tablette, légèrement granuleuse, est hyper agréable.

Les moins :

  • LE PRIX ! Mamma mia que c’est cher ! C’est un outil indiscutablement réservé aux professionnels.
  • L’écran 16/9… que j’aurai préféré en 4/3 comme la Surface Pro.
  • Léger temps mort entre le moment où le stylet n’est plus détecté par la tablette et l’activation des fonctions tactiles (peut-être dû à un problème de pilotes, car je ne rencontre pas ce problème avec la Cintiq 22HD).

Surface Pro : Microsoft en embuscade

Avec sa gamme Surface Pro (SP), Microsoft vise aussi les illustrateurs. La tablette est mobile, facile à transporter et de grande qualité. La tablette fait fonctionner une vraie version de Windows 10 Professionnel : il est donc possible d’utiliser les grands logiciels du marché (Photoshop, Manga Studio, etc.). J’ai principalement utilisé le stylet de la SP3 (voir plus bas pour comprendre pourquoi !).

Les plus (stylet de la SP3) :

  • Bonne précision.
  • Prise en main agréable.
  • Clavier intégré (bien que vendu séparément), très utile pour les raccourcis.

Les moins (stylet de la SP3) :

  • Impossible de changer la mine.
  • Boutons non paramétrables.
  • Pas de gestion de l’inclinaison de la plume.
  • Pas de gomme.
  • Des piles AAAA ! Bon sang, c’est introuvable ces trucs-là !

Notez que plus de 90% des dessins publiés sur Facebook ont été réalisés avec la Surface Pro 3. La version 4 du stylet, compatible avec la Surface Pro 3, ne m’a pas convaincu : son toucher caoutchouteux sur l’écran m’a plus agacé qu’autre chose. De plus, je n’ai pas été convaincu par la précision du nouveau stylet ni par sa gomme qui ne possède aucun niveau de pression…

Apple Pencil : un iPad à prix « pro » avec un OS qui ne l’est pas

Ayant peur de casser ou perdre mon outil de travail en vacances ou lors des déplacements de loisirs, j’ai investi dans un petit iPad Pro pour pouvoir dessiner si nécessaire. Globalement, le stylet de l’iPad se situe entre celui de Wacom et ceux de la Surface Pro. Sa précision est excellente, mais l’iPad souffre de son système d’exploitation : iOS. Si des applications comme Procreate sont excellentes, elles n’arrivent pas à la cheville d’un Manga Studio ou d’un Photosphop. En clair, j’aime Procreate pour gribouiller, mais je ne m’imagine pas travailler sérieusement avec.

Les plus

  • Excellente précision.
  • Excellente fluidité du trait, quasi naturelle.
  • Finesse de la vitre : la mine semble toucher l’écran.
  • Pas de piles.

Les moins :

  • Pas de gomme.
  • Pas d’affichage du curseur lors du dessin sur écran. Difficile de savoir où le trait va arriver.
  • Aucun bouton paramétrable : ce n’est qu’un stylo.

Basiquement, je pense que l’Apple Pencil est un outil réellement tourné vers le dessin, quand le stylet de la Surface Pro est plus tourné vers l’écriture. Malheureusement, les limitations d’iOS viennent ternir l’utilisation « pro » de l’iPad. De plus, quelle mouche a bien pu piquer Apple : rien n’a été prévu pour ranger correctement le stylet à l’iPad. Le mien passe son temps à tomber par terre, malgré son petit étui.

Verdict ?

Difficile d’établir un verdict, même si je laisse volontairement l’iPad Pro de côté.

Pour un usage mobile, tout dépend de ce que désirez. Si vous cherchez la qualité et la précision du trait, alors il faut choisir Wacom. La tablette est moins « mobile », mais elle est destinée aux professionnels de la création. Si vous préférez investir dans une tablette de qualité, capable de tout faire, la Surface Pro reste une excellente valeur.

Je rêve d’un mix entre la Surface Pro et un stylet Wacom. Mais ce n’est pas encore d’actualité.

L’iPad Pro ravira les dessinateurs en herbe, avec un OS plus tourné vers les loisirs que la production. Certains artistes ont toutefois totalement adopté l’outil. Il s’agit d’un ressenti totalement personnel.